FAQ FAQ

Quels sont les grands axes de la mission confiée à la CEFDG ?

Quels sont les grands principes et objectifs de travail de la commission ?

Quelle est la transparence des activités de la commission ?

Comment les membres de la commission travaillent-ils ?

Quels sont les critères d'évaluation de la qualité des formations ?

Une formation est-elle habilitée pour l'ensemble de ses sites ?

Qui peut utiliser le terme master ?

 

 

◊ ◊

◊ ◊ ◊

 

 

 

 

Quels sont les grands axes de la mission confiée à la CEFDG ?

•    La CEFDG est l'instance consultative d'évaluation et d'accréditation du visa et du grade Master pour les écoles (double tutelle des ministères chargés de l'économie et de l'enseignement supérieur). Elle joue un rôle régulateur en organisant et en garantissant le contrôle qualité des formations reconnues par l'Etat.

•    La commission contribue ainsi à l'amélioration continue de l'enseignement supérieur de gestion français en ayant également comme objectif la compétitivité des entreprises françaises. Elle permet la visibilité et l'attractivité des écoles françaises et la bonne adéquation entre les formations et les besoins de notre économie.

•    Elle détermine des standards de qualité en établissant un référentiel précis et rigoureux.

 

Quels sont les grands principes et objectifs de travail de la commission ?

•          Les avis sont  formulés sur la base des  principes d'équité de traitement, d'attribution juste, rigoureuse et étalonnage entre formations

•          L'évaluation

–         se fonde sur le traitement équitable des dossiers et veille à l'éthique professionnelle

–         s'inscrit dans une approche dynamique et globale, à la fois de l'établissement et du programme faisant l'objet de l'évaluation

–         vise à faire progresser les formations de gestion en amenant les responsables de formation à analyser leurs situations avec sincérité.

–         incite les écoles à entrer dans une logique de progrès continu en reconnaissant les efforts fournis et en leur fournissant des recommandations

–         prend en compte la cohérence entre la stratégie, les ressources et les performances

–         veille à ce que l'exigence prenne en compte le contexte de la formation (type d'école, positionnement stratégique, ancienneté, notoriété acquise,…)

–         s'assure de la qualité de la prestation pédagogique sur l'ensemble des sites (en France et à l'étranger) où est dispensée la formation

–         promeut une vision ouverte de la recherche, respectueuse des enjeux internationaux (liste FNEGE) comme des meilleurs aspects de la tradition française ; autres actes scientifiques et autres champs (inter)-disciplinaire

–         est attachée à la diversité des écoles et en particulier de leurs approches pédagogiques (innovations)

 

Quelle est la transparence des activités de la commission ?

•          La CEFDG pratique la transparence à plusieurs titres :

–         en fournissant un cahier des charges aux responsables de formation pour les aider à étayer leurs demandes

–         en ayant souhaité la création de ce site internet ouvert à l'ensemble de ses parties prenantes (familles, étudiants, employeurs, enseignants, relais d'opinions…) 

–         en publiant, une liste des formations visées et autorisées à délivrer le grade de Master.

–         en donnant, pour chacune des formations sus mentionnées, une synthèse de ses avis sous la forme de points forts, points d'amélioration et de recommandations. Ce dernier point est en cours de validation.

–         en jouant un rôle d'alerte et de veille sur l'organisation des formations et de leurs évolutions

 

Comment les membres de la commission travaillent-ils ?

•          Les membres de la commission se réunissent en assemblées plénières dans le cadre de séances consacrées à la doctrine et de séances consacrées à l'évaluation de dossiers renseignés par les écoles.

•          Les avis pour la Ministre sont préparés de manière collégiale. Ils sont prononcés sur la base de la qualité présente dans les dossiers, des pré-avis d'experts (en cas d'une nouvelle demande), des avis des deux rapporteurs (membres de la Commission), de l'audition des responsables de la formation et des échanges (jeu de questions et réponses) qui s'engagent avec eux.

•          Entre deux passages devant la commission, de nouvelles expertises peuvent être demandées.

•          Les membres de la commission s'appuient sur des données fiables, objectives, comparables entre établissements.

•          Au-delà de ses travaux internes, les membres de la CEFDG mènent des réflexions coordonnées avec d'autres instances notamment, la CTI, l'AERES, la FNEGE, la CNCP, l'EFMD,…

 

Quels sont les critères d'évaluation de la qualité des formations ?

La commission se fonde sur des informations relatives à cinq grandes rubriques :

-l'ETABLISSEMENT dans lequel la formation s'intègre (ressources, corps professoral,…) 

-la FORMATION pour laquelle le visa ou le grade Master est requis

-l'INSERTION PROFESSIONNELLE des diplômés, l'attribution de  BOURSES et les pratiques liées à l'APPRENTISSAGE

-l'INTERNATIONAL

-l'activité de RECHERCHE du CORPS PROFESSORAL PERMANENT (publications parues dans l'année civile)

Certains critères se retrouvent naturellement sous plusieurs rubriques : gouvernance, grands choix stratégiques, éléments financiers et budgétaires, corps professoral permanent et niveaux de qualification, encadrement administratif, recrutement des étudiants, pédagogie, diversité des talents, publications…

 

Une formation est-elle habilitée pour l'ensemble de ses sites ?

Dans le cadre de leur stratégie, des écoles de commerce et de management peuvent être amenées à proposer des formations sur des sites nouveaux qui font l’objet d’une demande d’autorisation à délivrer le diplôme visé par le ministre chargé de l’enseignement supérieur.

Cette délocalisation de la formation visée nécessite de s’assurer de sa qualité et de l’égalité des chances de réussite des étudiants sur les différents sites où la formation visée est dispensée.

Aussi, la commission d’évaluation des formations et diplômes de gestion (CEFDG) devra :

  1. être préalablement informée de tout projet d’ouverture de la formation visée sur un nouveau site en France ou à l’étranger.
     
  2. examiner, à l’occasion de l’évaluation périodique, la formation mise en place sur le nouveau site.